Plate-Forme Interrégionale D'échange et de coopération pour le développement culturel

Mission d’étude – Observation

Synthèse de l’étude ” Observer, étudier : Des savoir-faire à partager – Entre pluralités et principes de convergence ” pilotée par l’ARSV en Poitou-Charentes et réalisée par Adrien Le Vaillant en juin 2008, visant  à une meilleure valorisation des travaux d’études et d’observation des structures membres de la Plate-forme interrégionale.

La mission

La mission de valorisation des travaux d'études et d'observation menés par les membres de la plate-forme interrégionale trouve sa source au séminaire de Villeurbanne organisé, par la Plate-forme interrégionale, en septembre 2007.

Le principe du séminaire était de présenter et favoriser les échanges sur un certain nombre d'expériences menées par les agences et les Missions Voix (*) , qui révèlent des problématiques nombreuses et des formes variées : états des lieux, études et travaux d'observation.

Lors du séminaire, les acteurs présents ont confirmé l'intérêt pour mettre en commun ces travaux et pour la recherche de la mutualisation des ressources. Il restait à imaginer une forme efficace de travail pour la production de connaissances partagées, en définissant des priorités à partir des travaux réalisés, tant en termes de méthodologie qu'en termes de restitution.

*   Structures régionales présentes au séminaire de Villeurbanne : AMDRA (Rhône-Alpes), ARCADE (Provence-Alpes Côte d'Azur), ARSV Poitou-Charentes, Culture O Centre (Région Centre), Musiques et Danses en Bretagne, Stéphane GROSCLAUDE (coordinateur de la Plate-forme interrégionale), MUDALIM (Limousin), Musique Danse Bourgogne (Bourgogne), Le Transfo (Auvergne), ARIAM (Ile-de-France), Agence Culturelle d'Alsace (Alsace), Domaine Musiques (Nord-Pas-de-Calais)


La méthodologie

L'état des lieux et la valorisation des travaux d'études et d'observation menés par les membres de la plate-forme interrégionale a donc constitué le cœur de la mission. La méthodologie a consisté à :

  • Collecter l'ensemble des travaux présentés au séminaire sous leur forme in extenso et en rédiger des présentations synthétiques.
  • Recenser, auprès des structures régionales, l'ensemble des travaux d'études et d'observation réalisés, en cours ou en projet.
  • Au final, dresser un panorama des travaux et des démarches selon une nomenclature validée par le groupe de travail.

Calendrier

La mission s'est déroulée de février à juillet 2008. Le temps de travail a été ainsi répartit :

  • 20% consacré à l'appropriation du séminaire et la mise en place de la méthodologie.
  • 20% à la lecture des travaux présentés au séminaire de Villeurbanne
  • 40% à la production des présentations synthétiques et au recensement de l'ensemble des travaux d'études
  • 20% à la production de la synthèse finale

L'étude a été suivie par un groupe de travail constitué majoritairement des représentants des structures régionales présentes au séminaire de Villeurbanne.


Le contexte

Le séminaire de Villeurbanne a suivi trois axes de travail :

  • Mettre en évidence tous les travaux : études, observations, état des lieux, diagnostics etc.
  • Pourquoi mettre en œuvre ces travaux ? Pour qui ? Notion de commande.
  • Quel est le véritable usage de ces travaux ? Comment ont-ils été traités ?

Les débats ont été centrés sur deux questions principales :

  • Comment peut-on faire de l'observation quand on est partie prenante… ? Quelle posture adopter pour les agences ? A quel moment est-on impliqué au point de risquer l'introduction de biais d'observation.
  • La mise en perspective et l'utilité du travail d'études et d'observation dépendent-elles des médiations et des processus partagés en cours d'étude ou d'observation.

sÀ la suite de ce séminaire, une première perspective a consisté à mettre à profit ce premier socle d'informations. Il s'agissait donc de produire un document qui mette en valeur une démarche de production de connaissance, un savoir faire, des compétences, des services.

I – La production de présentations synthétiques

Les objectifs des présentations synthétiques sont :

  • De faire une présentation analytique et synthétique des travaux
  • De faire partager un retour d'expérience et des éléments de méthode
  • D'engager un processus d'échange entre les structures régionales

Les présentations synthétiques sont construites en plusieurs rubriques dégageant des axes de lecture et d'analyse : objectifs, méthodologie, moyens, principaux résultats, propositions/recommandations/préconisations, retombées, intérêts/limites et les sources disponibles pour approfondir la réflexion.

Elles ont été rédigées suite à la lecture des travaux sous leur forme in extenso et enrichis d'échanges avec les auteurs sur le contenu même du travail et sur les retours a posteriori par rapport au travail réalisé.

A la fin de la série des présentations synthétiques, on trouvera un tableau synoptique proposant une première lecture transversale des travaux avec comme indicateurs :

  • D'une part, les processus / les principes directeurs / la méthodologie et analyse,
  • D'autre part, les grandes thématiques qui recouvrent les 10 travaux.

Dans le chapitre « propositions », se place un projet de « présentation synthétique robot » présentant les principes de la démarche et la méthodologie.

Télécharger le tableau synthétique des travaux présentés

II- Le recensement des travaux d'études et d'observation menés par les membres de la plate-forme interrégionale

Le deuxième volet de la mission a consisté à recenser l'ensemble des travaux d'études et d'observation menés par les membres de la Plate-forme interrégionale. Le recensement est disponible sur le site de la Plate-forme interrégionale sous un format Excel et constitue, dans un premier temps, une simple liste des travaux. Par la suite, sans doute faudra-t-il envisager d'élaborer une véritable base de données avec la création d'un moteur de recherche par exemple.

A noter que deux structures ont récemment intégré le réseau de la Plate-forme interrégionale : ARTECA (Lorraine) et ORCCA (Champagne-Ardennes). Pour des raisons de calendrier, l'ensemble des travaux menés par ces deux structures n'ont pas pu être traité statistiquement (cf. graphiques en téléchargement).

Le recensement a fait l'objet d'une nomenclature validée par le groupe de travail.

Un tableau récapitulatif du recensement présente :

  • La répartition des travaux par grandes disciplines
  • La répartition des travaux par thématiques
  • La répartition des travaux par disciplines

Un fichier comprenant la nomenclature est également compris dans le document.

Télécharger le Tableur Récapitulatif

Dans le chapitre « proposition », il est indiqué que ce travail de recensement doit faire parti d'une dynamique de réseau et ce, sur le long terme. Cela nécessiterait la mise en place d'outils permettant la pérennité de ce travail.

III. Les propositions

A. La production régulière de présentations synthétiques à la fin des travaux pour engager un processus de partage et de retour d'expériences

La production de présentations synthétiques, telle qu'elle a été proposée dans le cadre de cette mission, peut servir de modèle pour chaque structure régionale. Les objectifs d'une telle démarche sont de rendre lisibles et synthétiques les travaux finis. Les principaux intérêts sont de l'ordre du partage et de la mise en perspective des éléments de méthodes, des résultats, des processus engagés, des éventuelles retombées, des sources bibliographiques pour aller plus loin dans la réflexion, …

Chaque abstract pourra être mis en ligne sur le site de la plate-forme interrégionale et sera ainsi accessible pour chaque membre de la Plate-forme interrégionale.
Une « présentation synthétique-robot » est proposé ici

B. Proposer de rendre dynamique la production de présentations synthétiques et le recensement des travaux d'études et d'observation par la mise en place d'outil(s)

Le travail de production de présentations synthétiques et de recensement est une chose, le rendre dynamique en est une autre. Pour cela, il est proposé de mener une réflexion sur l'élaboration d'un outil permettant de rendre dynamique ce travail et, pour aller plus loin, de créer un espace d'échanges entre les structures.

Cet outil pourrait prendre la forme d'une rubrique sur le site de la Plate-forme interrégionale ou d'un blog professionnel rattaché au site.
Il faut également débattre des moyens nécessaires pour la mise en œuvre de l'outil et pour le rendre pérenne.

Les objectifs de la rubrique (ou du blog) pourraient être :
–    qu'il/elle constitue un inventaire des travaux d'études et d'observation menés par les membres de la Plate-forme interrégionale et selon la nomenclature définie.
–    qu'il/elle soit un outil de valorisation et de communication par la mise en ligne d'présentations synthétiques ou de synthèse d'études.
–    qu'il/elle soit un lieu d'échange et de partage sur des éléments de méthodes (outils connus, outils à partager,…), sur des retours d'expériences, et sur les travaux en cours ou en projet.

Cet espace pourrait être animé, de manière alternée, par les agences régionales.

 C. Débattre sur les approches conceptuelles des processus d'études et d'observation

Objectifs et moyens

Organisation d'un prochain séminaire de la Plate-forme interrégionale en matinées thématiques afin d'enrichir les débats et les échanges, des intervenants extérieurs seront invités à problématiser un certain nombre de réflexions.


Proposition de problématiques

Introduction : Observer et évaluer. Propos introductifs rappelant les conclusions du séminaire de Barcelone organisé au mois de novembre 2008.

Problématique n°1 : la nécessité d'une approche complexe associant la sociologie, la géographie, l'histoire… dans la mise en œuvre des travaux.

L'objectif est de mener une réflexion sur les enjeux, les finalités et la pertinence des approches spécifiques et transversales impliquant des disciplines telles que la sociologie, la géographie, l'histoire, (…) dans l'analyse.
On orientera les échanges sur l'utilisation de ces approches et des partenariats/coopérations qui peuvent en découler avec les Universités.

Problématique n°2 : l'articulation entre les analyses quantitatives et qualitatives : les principes directeurs.

Les méthodes qualitatives sont une méthode de recherche utilisée en sciences sociales, comme par exemples en sociologie, en ethnologie et anthropologie.

Elles laissent délibérément de côté l’aspect quantitatif pour gagner en profondeur dans l’analyse de l’objet d’étude, même si elles sont couramment utilisées conjointement aux méthodes quantitatives (définition d'indicateurs). L’usage de méthodes qualitatives permet souvent d’interpréter les nombres produits par des méthodes quantitatives.

Les méthodes qualitatives demandent souvent plus de temps, voire de moyens que les méthodes quantitatives. Elles recouvrent également des outils spécifiques à maîtriser : entretiens semi directifs, observation participante, histoire de vie et récit de vie, …

Le choix de la méthode qualitative seule ou accompagnant des données quantitatives résulte de plusieurs facteurs qu'il faudra rappeler ici.

Problématique n°3 : l'implication des acteurs de terrain dans l'élaboration des études. Coopérer, partager : les intérêts et les limites de l'observation participante.

La problématique est axée sur les modalités de travail notamment celle de la coopération étendue. Elle renvoie à la position de chaque acteur dans le processus d'observation et plus globalement dans le paysage culturel régional, tel qu'évoqué dans le livret jaune « Observer la culture en région » (p. 29)
« Par nature, le dispositif d'observation s'inscrit dans un environnement régional pluriel :

  • il coopère de façon permanente avec les services de l'Etat […] et des collectivités territoriales
  • il s'appuie sur des coopérations durables avec les structures spécialisées […]
  • parce que l'observation se propose de décrire et d'analyser les réalités de l'activité culturelle et artistique en région, ce dispositif entretient des relations privilégiées avec les structures et équipements culturels
  • parce qu'il est amené à explorer des problématiques transversales, il tisse des liens avec d'autres organismes […]
  • parce que l'observation s'enrichit d'une confrontation des travaux, de réflexions partagées et d'échanges sur des questions de méthode, le dispositif s'appuie sur une collaboration avec d'autres observatoires culturels intervenant au niveau international, national ou sur d'autres régions. »

Groupe de travail n°4 : les besoins des partenaires et la lisibilité des travaux.

Cet atelier fera l'objet d'une réflexion sur la restitution et le partage des résultats. La restitution est sans doute une étape indispensable à l'appropriation des résultats par (tous) les acteurs. L'objet des échanges sera de mener une réflexion sur la manière de rendre lisible et accessible les différents travaux d'observation (en tenant compte de leur complexité d'élaboration, cf. atelier 1,2,3) auprès des acteurs. Une réflexion sur la définition de la commande viendra enrichir les débats.

Télécharger le rapport intégral de la mission d’étude (suf les tableaux ci-dessus)


Ressources

Observer la culture en région – novembre 2003 :

Les quatre dimensions et les pratiques de l’observation cuturelle en région, par un groupe de travail de 5 observatoires régionaux

Télécharger