Plate-Forme Interrégionale D'échange et de coopération pour le développement culturel

Émissions d’aérosols et gouttelettes dans une chorale

11 juin 2020

Cette étude publiée le 27 mai 2020 par la Medizinische Universitätat Wien, à la demande de l’Association autrichienne des chorales, analyse et documente la formation et la diffusion d’aérosols et de gouttelettes par les choristes chantant sans masque et visière faciale, avec des chanteurs semi-professionnels et amateurs. Les chanteurs ont pris au préalable un mélange d’oxygène et de solution saline à 0,9% par atomisation à travers des tubes dans les narines et le flux d’air a été photographié aussi précisément que possible pendant le chant.

Dans une pièce noire, des projecteurs très puissants ont été placés à gauche et à droite derrière chaque chanteur, afin de visualiser l’écoulement des aérosols. Chaque membre du chœur était positionné entre deux murs noirs à une distance d’environ 1,62 mètre et la caméra était à environ 4 mètres des choristes. Ces paramètres sont conformes à la configuration de l’expérience menée avec les musiciens de la Philharmonie de Vienne. Un photographe a pris des photos des choristes avec un appareil CANON et un objectif de 70 mm pendant la respiration et un chant calme.

La visualisation photographique des aérosols exhalés pendant le chant a été réussie et est impressionnante. Les images fournissent une très bonne représentation du comportement approximatif des courants d’air, même si les mesures scientifiques exactes sont manquantes et il n’y a aucune preuve de transmission de germes.

Une brume a été créé dans un petit récipient avec un embout buccal avec un flux de 5 litres d’oxygène par minute. Cette brume était également continuellement ajoutée à la respiration par de petites sondes dans les narines, ce qui a provoqué une propagation d’aérosol dans les voies respiratoires supérieures et permis de visualiser la distribution de l’air expiré en rétroprojection.
L’inhalation et l’expiration silencieuses normales ont montré un nuage de brume pouvant atteindre 0,5 m autour de la bouche et du nez de tous les choristes. En revanche, une forte expiration, principalement par les basses, a conduit à une expansion du nuage d’aérosol d'environ 1,5 m.

Le nuage d’aérosol autour de la tête est resté inchangé pendant tout type de chant. L’expansion, en particulier vers l’avant, avec des quantités minimales d’aérosol – s’est étendue jusqu’à un maximum d'environ 0,9 m, mais avec certaines techniques de chant, le tourbillon a augmenté. Bien sûr, le port du masque couvrant la bouche et le nez réduirait considérablement l’expansion. Le masque facial a permis à une partie du nuage de s’échapper vers le bas, ce qui n’a pas pu être observé avec le masque.

Une expansion de l'air exhalé par les choristes à plus de 1 m est peu problable. L’inhalation et l’expiration profondes doivent être évitées et le port d’un masque couvrant la bouche et le nez doit être envisagé dans l’exercice de cette profession.

EmissionsAerosolsGouttelettesChorale