Plate-Forme Interrégionale D'échange et de coopération pour le développement culturel

Historique

Dans les années 90, on comptait 14 associations régionales se consacrant au développement d'une partie ou de l'ensemble du spectacle (Ardmd)  et une mission voix intégrée ou autonome dans pratiquement toutes les régions ainsi que quelques structures plus généralistes sur le champ culturel (Agence culturelle d’Alsace, Agécif, Arsec, Artec…. ).

Le paysage a aujourd'hui évolué et offre encore une composition aussi hétérogène.

Pour la majorité d'entre elles ces structures ont été créées entre 1974 et 1987, sous-tendues la plupart du temps par une volonté de l'Etat, dans le cadre de son action régionale et dans un partenariat, voire une association étroite avec la collectivité Région.

Plusieurs textes nationaux, depuis le plan Landowski jusqu'à une dernière tentative de charte qui n'a jamais pu aboutir dans les années 2004, en passant par les circulaires de 1982/92 et 95, évoquent en partie ces associations et leur accordent une ambition réelle en termes de développement au travers de leur posture particulière et les  services qu'elles peuvent  être amenées à rendre sur le terrain ou auprès des institutions : Cela a été l’ambition de l’Etat.

S’agissant de la collectivité territoriale « Région », il s'agira plutôt de fixer son ambition pour ces structures, par la plupart du temps des contractualisations région par région et jusqu'à présent jamais d'une seule voix.

Tout cela fait que, entre l'histoire propre à chaque association, le contexte historique et politique local et les trajectoires individuelles, il est très difficile de relater une histoire qui soit commune à toutes ces structures régionales.

Cependant, on peut dire qu'un certain nombre d'enjeux de développement ont pu être relevés au fil du temps, à la fois par l'adaptation et la forme même qu'ont adoptées ces structures et par une certaine typologie d'actions qui a pu globalement s’en dégager :

– Typologie d'actions touchant au développement sectoriel (par la connaissance d'un domaine d'activité, sa capacité à assurer une concertation et apporter un certain nombre de services à ce secteur,

– Typologie d'actions touchant au développement structurel (souvent par la création d'outils, de structures nouvelles ou de dispositifs d'intervention),

– Typologie d'actions touchant au développement territorial (par la modélisation et une meilleure répartition des actions isolées ou expérimentales et la prise en compte de l'ensemble des acteurs des territoires et leur coordination),

– Typologie d'actions touchant à l'accompagnement institutionnel (par l'accompagnement des institutions dans l'élaboration de leur politique ou la mise en œuvre d’une partie de celle-ci).

Là aussi l'histoire propre à chacune d'entre elles, la façon et la capacité que chacune a eues de se saisir des enjeux de développement, de l'ampleur du champ à investir et les réponses apportées avec une plus ou moins grande profondeur ou intensité font qu'il est difficile de trouver une simultanéité et une homogénéité sur l'ensemble du réseau de structure.

En schématisant et en faisant référence à quelques trajectoires particulières on peut retracer quelques 35 ans d'évolution répartis en quatre périodes significatives :

  1. La période des années 70/80 : période préhistorique, initiale et déterminante,
  2. La période des années 80/90 : période constructive
  3. La période des années 90/2000 : période du développement sectoriel et de l'aménagement du territoire
  4. La période des années 2000/2010 : Accompagnement des politiques publiques